Tous les textes du philosophe Daniel Bensaïd.

Fragments mécréants

Mythes identitaires et république imaginaire

2018

Daniel Bensaïd
2005
Éditions Lignes, Paris
2018, 192 pages, 16 €

Lire un extrait à propos de Frantz Fanon

La nécessité de ce livre est plus grande encore que lors de sa première édition, en 2005. D’autant plus grande que la « croyance » s’accroît partout et qu’elle a pris depuis un tour de plus en plus violent.

Ces Fragments mécréants dessinent des lignes de résistance qui ne cèdent pas à la niaiserie du retour au giron de l’Église, de la mosquée ou de la yeshiva. Ce travail de déniaisement suppose une relance et un approfondissement de la mécréance, un corps à corps profane avec nos fétiches cachés, une critique implacable de la tentation de croire.
Homme de doute opposé à l’homme de foi, le mécréant parie sur les incertitudes du siècle, sans les rassurantes rigueurs de la règle. Il met une énergie absolue au service des certitudes relatives. C’est aussi son dilemme. Résister, lutter, ne pas céder à la lassitude ou à la résignation. Brosser l’histoire à rebrousse-­poil, inlassablement.

« Si un étudiant catholique créationniste refuse de souiller ses oreilles par un cours blasphématoire sur Darwin, si un étudiant fondamentaliste juif se sent écorché par un cours non moins blasphématoire sur l’excommunié Spinoza, et si un étudiant musulman ne supporte pas la poésie de Baudelaire, qu’ils aillent se faire bénir ailleurs. Acquis de haute lutte, le droit de lire Spinoza et Darwin, Sade et Baudelaire, Flaubert et Bukowski, est désormais imprescriptible. »