Tous les textes du philosophe Daniel Bensaïd

Coup de projecteur

Le « Parler vrai » de Michel Rocard...

« Parler vrai. Rien à voir avec le Parlons franchement de Georges Marchais. Marchais connaît son public. Il y a dans son titre une invite roublarde au dialogue et dans son adverbe un appel à fraterniser ; un recours à la franchise en tant que vertu typiquement populaire. Parler vrai dit autre chose, pour un autre public. Il y a d’abord l’infinitif impersonnel derrière lequel l’homme se retranche dans le rôle d’un simple et discret interprète. Il y a ensuite la mobilisation de la vérité, sous la forme absolue du Vrai, mélange d’authenticité morale et d’exactitude scientifique. À entendre Parler vrai, on n’est plus loin de penser que c’est la vérité elle-même qui parle, avec sa force d’évidence et de conviction. […]

Rocard fait de son personnage un contretype de Mitterrand. La querelle de la modernité et de l’archaïsme résume bien cet affrontement. Rocard y est l’antithèse d’un Mitterrand onctueux, littéraire, pétri de tradition humaniste et coiffé du chapeau de Blum. L’homme pressé s’oppose en tout point à l’homme tranquille. »

Extrait de l’introduction à L’Anti-Rocard

Voir aussi « Le Petit Poucet sur le chemin de la rigueur » à l’année 1980
 
 
Pour recevoir les informations sur le site,
il vous suffit de nous transmettre
votre adresse mail.

Contact :
assosdanielbensaid@gmail.com